Lecture Numérique

Lire en numérique au Paradis des lézards

couverture

http://www.walrus-books.com/.

Au fil des mots c’est une peinture riche et merveilleuse qui nous entraîne dans un monde fantastique. Ne nous y trompons pas, l’étrange et le fantastique sont admirablement équilibrés par des descriptions d’un Paris en 1863, avec tous ses personnages réels ou…augmentés de pouvoirs étonnants.

Et c’est les deux pieds bien ancrés sur terre que nous suivons Emile dans sa quête. Il est étudiant aux Beaux-Arsestranges, les poches bourrées de craie, de couleurs magiques et d’un petit carnet de croquis; il cherche avec passion à faire naître sa muse, le petit pégase à la robe argentée, incarnation de son Inspiration d’Artiste. Une Actrice, Fée à la chevelure émeraude,» est dans son sillage.

Nous assistons alors à plusieurs représentations d’une pièce de théâtre, et selon la façon dont on choisit d’y assister, nous ressortirons du Théâtre en pleine possession de nos moyens, ou entraînés pour quelques jours dans le monde crée par les Artistes.

Un drame se joue : la Muse est dérobée par un étrange personnage, Emile constate que son talent peu à peu s’endort. Accompagné de Floriane son amie Actrice aux cheveux d’Emeraude, ils se lancent dans une folle course sur les toits de Paris, dans les sous-terrains les plus sordides de la Sorbonne. Un drôle d’Hommechat les accompagne.

Dans le même temps, une ombre étrange et écrasante s’étend au dessus de Paris…

Jacques Fuentealba nous invite à une ballade en lecture, au sens Moyenâgeux, et je dirais que le roman se situe pour moi, entre Harry Potter et La Citadelle des Ombres, avec ce quelque chose en plus, que l’on ne peut décrire, que l’on ne peut écrire, qui doit être savouré, lu, apprécié. Sortir de ce livre est un déchirement tant nous sommes enchainés aux personnages, aux descriptions fines et ciselées comme un verre de Venise, à la magie de l’écriture qui nous perd parfois en un monde fantastique, pour nous propulser en un instant dans une réalité quotidienne, qui s’élève alors sur des plans multiples et étranges.

En quelques mots : je suivrais cet auteur avec une grande attention, certains passages de ce livre méritent à eux seuls une relecture qui permet d’entrer en collision avec le Talent. D’autres passages m’ont parus un peu lourds, un peu convenus, trop sur joués ; les alléger et prendre le chemin du Talent sera le défi de Jaques Fuentealba.

Publié chez
http://www.oeuvresouvertes.net/spip.php?article1199
en compagnie de 5 lecteurs fans de lecture numérique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s